Passer au contenu

/ La recherche

Rechercher

Sciences naturelles et génie; Sciences de la vie; Environnement et développement durable

Chaire de recherche du Canada en biocontrôle

Chaire de recherche du Canada
Département de sciences biologiques
Autre numéro : 514 872-4563 (Information)
Autre courriel : jacques.brodeur@umontreal.ca (Autre courriel)

Portrait

À propos

Objet de la recherche


Étudier les principes écologiques et les mécanismes qui régissent les interactions plurispécifiques avec les communautés d'arthropodes. 
 

Importance de la recherche


Élaborer des méthodes de biocontrôle viables comme solution de rechange à l'usage des pesticides chimiques en agriculture, en horticulture et en foresterie.

Affiliations

Unités de recherche

  • Institut de recherche en biologie végétale

Équipe

Responsables

À l’Université de Montréal

Expertise

Description de l’expertise

Des tomates, des roses et des fèves de soja


Qu'est-ce que les tomates, les roses et les fèves de soja ont en commun? Ces trois cultures sont importantes pour le Canada sur le plan économique; c'est pourquoi Jacques Brodeur, titulaire d'une chaire de recherche du Canada, les a choisies comme sujets d'une étude sur les interactions entre les plantes, les herbivores et leurs ennemis naturels, et le rôle que ces interactions peuvent jouer dans la lutte biologique contre les insectes et animaux nuisibles. 

Pendant près de 60 ans, on a utilisé les pesticides synthétiques abondamment en agriculture, en foresterie et dans les écosystèmes urbains. Les risques pour la santé humaine, la dégradation de l'environnement et la résistance aux pesticides ont cependant soulevé des craintes qui nous ont incités à remettre en question l'usage de ces produits et à rechercher des solutions de rechange. Aujourd'hui, on recourt à des prédateurs, à des parasites et à des organismes pathogènes pour protéger des cultures horticoles et des peuplements forestiers. A l'échelle mondiale, on a réussi à neutraliser plus de 450 espèces nuisibles à l'aide d'agents biologiques. 

Jacques Brodeur étudie les tomates de serre, les roses et les fèves de soja en vue de répondre à plusieurs questions fondamentales concernant la lutte biologique. Ce faisant, il contribue au développement et à la viabilité de cette solution de rechange aux pesticides chimiques. Il a entrepris de déterminer les principes écologiques et les mécanismes qui régissent les interactions plurispécifiques avec les communautés d'arthropodes (qui comprennent les insectes et les araignées). Il compte également appliquer ces principes à l'élaboration de stratégies prédictives fiables, afin de mettre les agents de lutte biologique à profit et de contribuer à la promotion de la lutte biologique comme moyen efficace et viable d'enrayer les insectes nuisibles.

Projets et financement

Financement

  • Chaires de recherche du Canada (CRC)
  • Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)

Publications et communications

Disciplines

  • Biologie et autres sciences connexes
  • Biologie cellulaire

Champ d’expertise

  • Lutte biologique
  • Écologie
  • Écologie des sols
  • Épidémies d'insectes
  • Insectes
  • Parasistisme
  • Interactions plantes-sol
  • Relations plantes-herbivores