Passer au contenu

/ La recherche

Rechercher

Sciences sociales et humaines; Économie et politique; Sciences humaines; Technologies de l’information et des communications; Sciences médicales

Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique

Autre structure de recherche affiliée
Autres numéros : 514 398-4400 #089513 (Information) 514 398-1770 (Télécopieur)
Autre courriel : dietlind.stolle@mcgill.ca (Personne contact)

Portrait

À propos

Le Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique rassemble des chercheurs et des professeurs provenant de cinq universités québécoises qui poursuivent des études liées la citoyenneté démocratique. Le but du Centre est de développer des perspectives interdisciplinaires en utilisant plusieurs types de méthodes de recherche afin d’étudier les enjeux auxquels les démocraties font face dans un monde en constante évolution.

Le Centre a été créé en 2008 grâce au leadership d’Elisabeth Gidengil. En juin 2013, Dietlind Stolle est devenue la nouvelle directrice du Centre. Frédérick Bastien occupe présentement le poste de directeur associé du CSDC. Le Centre comprend 27 professeurs, près de 90 étudiants de cycles supérieurs et chercheurs postdoctoraux ainsi que 15 membres associés venant du Canada et d’ailleurs.

Les objectifs principaux du Centre sont de promouvoir la recherche scientifique sur des questions fondamentales en lien avec la citoyenneté démocratique, de contribuer aux débats sur les politiques publiques afin de renforcer la démocratie au Canada et à l’étranger, d’occuper un rôle de leadership dans le développement de projets de recherche multinationaux à grande envergure, ainsi que de fournir un environnement enrichissant à ses étudiants des 2e et 3e cycles et chercheurs postdoctoraux grâce à de multiples formations et ateliers.

Les chercheurs du CÉCD abordent une panoplie de questions liées aux relations entre les citoyens et le processus politique. Comment les citoyens fixent-ils leur choix électoral? Est-ce que les citoyens sont en mesure demander des comptes aux gouvernements? Comment les citoyens développent leurs attitudes sur les politiques publiques? Comment expliquer la participation politique, ou plutôt, le manque de participation politique? Quelles implications la diversité sociale a-t-elle sur l’engagement et l’appui envers certaines politiques? Ces questions, parmi d’autres, jouent un rôle central dans le travail poursuivi par les chercheurs au CÉCD.

Les pages de ce site fournissent de l’information sur les membres du CÉCD ainsi que sur nos activités de recherches actuelles, les dernières études réalisées ainsi que les ateliers et séminaires à venir.

Affiliations

Unités de recherche

  • Chaire de recherche de l'Université de Montréal en études électorales

Établissements universitaires

  • Université Laval
  • Université McGill/McGill University
  • Université de Mannheim (Universität Mannheim)
  • Université de Pennsylvanie (University of Pennsylvania)
  • Université de Zurich (Universität Zürich)
  • Université de Princeton (Princeton University)

Adresses

Adresse municipale

855 rue Sherbrooke Ouest, local
Montréal (Québec), H3A 2T7, Canada

Pour en savoir plus…

Équipe

Responsables

Externes

Membres

À l’Université de Montréal

André Blais (Chercheur)
Claire Durand (Chercheur)
Richard Nadeau (Chercheur)
Patrick Fournier (Chercheur)
Laurie Beaudonnet (Chercheur)
Frédéric Bastien (Chercheur)
Henry Milner (Membre associé)
Ruth Dassonneville (Chercheur)
Filip Kostelka (Chercheur postdoctoral)

Comités

Comité directeur

Membres

Comité de conseil scientifique

Comité de diffusion de la connaissance

Comité des étudiants gradués

Expertise

Description de l’expertise

Les chercheurs du CECD s’attaquent à un grand éventail de questions portant sur les relations entre les citoyens et le processus politique. Comment les citoyens décident-ils pour qui voter? Les citoyens peuvent-ils tenir leurs gouvernements responsables? De quelle façon les citoyens forment-ils leurs opinions au sujet des politiques publiques? Comment expliquer leur participation politique ou, plus important encore, leur manque d’engagement politique? Quelles sont les implications de la diversité sociale concernant la participation ou le soutien aux politiques? Ces questions ainsi que d’autres qui en découlent sont au centre des recherches menées par les membres du CECD.

Axes de recherche

L’engagement civique

Cet axe se concentre sur l’acquisition de valeurs, d’attitudes et de comportements qui contribuent à une citoyenneté démocratique dynamique. La démocratie repose fondamentalement sur le principe de l’égalité politique, mais dans la pratique, le désavantage économique et social se traduit par un accès inégal au pouvoir politique et à la prise de décision (Schlozman et al 2012). L’inégalité a de profondes implications pour l’inclusion, la réactivité et, en fin de compte, la légitimité même de notre système démocratique. L’inégalité croissante détruit les fondements de la démocratie, entraînant une polarisation politique accrue et une désaffection de la politique (Kwon 2015). Plus que jamais, les démocraties efficaces exigent des citoyens engagés, responsables et bien informés. Comprendre les facteurs qui influent sur le développement de ce type de citoyenneté démocratique active est un objectif clé de l’axe 1.

Membres de l’unité de recherche associés à l’axe : Claire Durand, Laurie Beaudonnet, Frédéric Bastien, Dietlind Stolle

Pratiquer la citoyenneté dans un monde de scepticisme

La pratique de la citoyenneté démocratique est en transition à bien des égards. Il y a des changements fondamentaux dans les conceptions de la citoyenneté démocratique et dans sa pratique ainsi que les objectifs de l’action citoyenne. Le scepticisme au sujet de la démocratie représentative en tant que système de gouvernance est en essor et les citoyens des démocraties établies se retirent de la politique. Leur perception du monde politique est influencée par les transformations dans les pratiques des médias d’information et par le contenu en ligne, y compris les médias sociaux. Le vote et la politique des partis ont été à la base des interprétations classiques de la citoyenneté, mais il est largement prouvé que cette conception est trop limitée. De nouvelles formes de communication offrent aux citoyens de nouvelles façons de recueillir de l’information et de s’engager dans la politique.

Responsables : Ruth Dassonneville
Membres de l’unité de recherche associés à l’axe : André Blais, Claire Durand, Patrick Fournier, Laurie Beaudonnet, Frédéric Bastien, Dietlind Stolle

Représenter et gouverner les citoyens dans des temps critiques

Après l’apprentissage et la pratique de la citoyenneté démocratique, les prochaines étapes essentielles sont la représentation et la gouvernance. Les institutions démocratiques sont des éléments clés. Elles façonnent les normes et les incitations à la citoyenneté active et lient les citoyens et leurs représentants de manière à favoriser la responsabilisation, la légitimité et la représentation. Au Québec et au Canada, ainsi que dans d’autres pays, la confiance des citoyens vis-à-vis des institutions est faible, car beaucoup n’aiment pas la façon dont les membres des parlements se comportent et considèrent que les politiciens ne respectent pas leurs promesses, d’où divers efforts politiques pour réformer ces institutions. La recherche sur cet axe portera sur le rôle des systèmes électoraux, des parlements, des débats parlementaires et des partis politiques.

Responsables : Jean-François Godbout
Membres de l’unité de recherche associés à l’axe : André Blais, Richard Nadeau, Patrick Fournier, Ruth Dassonneville

Projets et financement

Projets et réalisations

Études électorales canadiennes 2010-2015

Trois des quatre membres de l’équipe actuelle (incluant le chercheur principal) de l’Étude électorale canadienne (EEC) sont des membres du CECD. Tel que décrit dans la demande au CRSH : « l’EEC est l’étude de renommée mondiale des élections canadiennes et des attitudes importantes pour la compréhension des processus démocratiques et des élections. Sa position internationale en termes de recherche est comparable aux American National Election Studies et à la British Election Study. Active depuis 1965, l’EEC a créé une série unique et comparable de sondages et d’études des élections canadiennes et des attitudes et perceptions politiques. Ainsi, elle représente un morceau crucial de recherches et de données collectives qui sont utilisées par les chercheurs, les étudiants et tout ceux qui étudient les élections dans les secteurs public, privé et sans but lucratif ainsi que par les médias et le public. L’EEC génère de la recherche de pointe aux niveaux canadien et international sur la politique comparée des processus démocratiques.»

Le projet Making Electoral Democracy Work

Financé par le Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH) sous son programme des Initiatives de recherche en collaboration (Major Collaborative Research Initiatives), ce projet de 2,5 millions a rassemblé une équipe exceptionnelle d’économistes, de politologues et de psychologues des meilleures universités du Canada, de l’Europe et des États-Unis afin de s’attaquer à l’étude la plus ambitieuse jamais réalisée sur l’impact des règles électorales dans le fonctionnement de la démocratie électorale. Ses trois aspects inter reliés incluent une analyse en profondeur des stratégies partisanes de 27 élections dans 5 pays différents (Canada, France, Allemagne, Espagne et Suisse); des sondages des électeurs dans ces mêmes 27 élections et une série coordonnée d’expériences innovatrices pour compléter les analyses des stratégies partisanes et des sondages électoraux afin d’expliquer les mécanismes causaux sous-jacents.

Boussole électorale

En collaboration avec SRC-CBC, nous avons co-commandité la boussole électorale québécoise. Cet outil d’éducation civique vise à alimenter les discussions à propos de l’élection chez les citoyens et à leur offrir une façon simple d’apprendre les positions des partis. Cet outil en ligne permet aux internautes de comparer leurs positions sur 30 enjeux de la campagne avec les positions des partis se faisant compétition.  Sous la direction de François Gélineau, des membres du Centre et des étudiants ont entrepris la tâche de développer les énoncés d’attitudes sur les enjeux tout en codant les positions des partis en se basant sur leurs plateformes, leurs communiqués de presse et leurs annonces. La boussole électorale a été un immense succès en attirant plus d’un demi-million de visiteurs sur le site.

Le Centre a aussi co-commandité la boussole électorale de la Colombie-Britannique en collaboration avec CBC. Le site a attiré 128 328 visiteurs lors de la dernière campagne électorale. André Blais et Elisabeth Gidengil continuent d’être sur le Comité de conseil national de la boussole électorale.

La physiologie du cerveau dans la prise de décision

Ce projet rassemble des chercheurs de science politique et de neuroscience cognitive pour mener des recherches en neuropolitique. Une série d’expériences sera menée pour étudier le rôle de cortex préfontal ventromédian (CPV) dans la prise de décision politique. Le design des expériences est basé sur une méthode de perte de fonction par laquelle les participants ayant et n’ayant pas de dommages au CPV sont mis en équipe. Leur performance est ensuite comparée à diverses tâches expérimentales qui simulent des prises de décisions auxquelles les électeurs font réellement face lors d’élections. Les expériences en laboratoire seront complétées avec des études d’imagerie de résonance magnétique qui comparent l’activation du cerveau comme fonction des différences individuelles dans la connaissance politique alors qu’ils participent à des tâches simples de prise de décision politique.

Publications et communications

Disciplines

  • Science politique
  • Communication
  • Sociologie
  • Géographie humaine
  • Économie
  • Psychologie
  • Informatique
  • Neurosciences