Passer au contenu

/ La recherche

Je donne

Rechercher

Sciences naturelles et génie; Génie; Sciences appliquées

Chaire de recherche du Canada sur les nanostructures et interfaces conductrices d'électricité

Chaire de recherche du Canada Faculté des arts et des sciences
Département de chimie
Autre numéro : 514 340-5281 (Information)
Autre courriel : r.martel@umontreal.ca (Personne contact)

Médias

Cartographie de l'intensité du signal Raman superposé à une image d'un microscope électronique

Richard Martel et son équipe de recherche du Département de chimie de l'Université de Montréal ont découvert une méthode pour affiner la détection de l'infiniment petit. - © Richard Martel

Richard Martel et son équipe de recherche du Département de chimie de l'Université de Montréal ont découvert une méthode pour affiner la détection de l'infiniment petit.

Illustration de molécules de sexithiophène (colorant) encapsulées dans un nanotube de carbone

Le signal Raman des molécules était trop faible pour répondre efficacement aux besoins en imagerie optique. Les chercheurs avaient donc recours à d'autres techniques optiques plus sensibles mais moins précises, car elles ne possèdent pas de «code à barres». «Il est toutefois possible techniquement de voir les signaux Raman avec un spectromètre lorsque la concentration des molécules est assez élevée, indique M. Martel. Mais cela limite les applications du Raman. - © Richard Martel

Le signal Raman des molécules était trop faible pour répondre efficacement aux besoins en imagerie optique. Les chercheurs avaient donc recours à d'autres techniques optiques plus sensibles mais moins précises, car elles ne possèdent pas de «code à barres». «Il est toutefois possible techniquement de voir les signaux Raman avec un spectromètre lorsque la concentration des molécules est assez élevée, indique M. Martel. Mais cela limite les applications du Raman.

Portrait

À propos

Le programme de recherche développé dans cette chaire procède à l'examen de la physico-chimie des nanostructures électriquement actives (nanotubes, graphène, nanofils, etc.) et des phénomènes de transport et de transfert de charge aux interfaces et nanojonctions. La Chaire vise aussi à fabriquer des prototypes pour des applications en électronique, en optoélectronique, ainsi qu'en technologies des capteurs et conversion d'énergie.

Adresses

Localisation sur le campus UdeM

Pavillon J.-Armand-Bombardier, local 5090

Équipe

Responsables

À l’Université de Montréal

Expertise

Description de l’expertise

Le Dr Martel, professeur titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les nanostructures et les interfaces conductrices d’électricité à l’Université de Montréal, développe des particules appelées nanotubes de carbone. Ces particules offrent de nombreux avantages dans le développement de nouveaux matériaux: conductivité accrue, résistance, durabilité. Il est possible d’étudier les propriétés uniques de ces particules en utilisant la spectroscopie. Cette approche rend possible l’identification des constituants des matériaux observés, puisque chaque type d’atomes ou de molécules interagit avec la lumière d’une façon unique. Avec un instrument assez précis et une connaissance suffisamment développée des différentes manières qu’ont les matériaux de réémettre la lumière, il est donc possible d’identifier n’importe quel agencement d’atomes. 

Projets et financement

Publications et communications

Disciplines

  • Chimie
  • Génie chimique
  • Génie physique
  • Physique

Champ d’expertise

  • Nanoparticules
  • Particules élémentaires
  • Nanomatériaux
  • Nanosystèmes
  • Micro et nanoélectronique
  • Supraconducteurs
  • Semiconducteurs
  • Résistance des structures
  • Supramolécules et autoassemblages
  • Dimension et forme moléculaire
  • Exploration et transformation de matériaux organiques, de synthèse ou électroniques
  • Systèmes électrochimiques
  • Électron et neutron
  • Conversion et distribution de l'électricité
  • Stockage d'énergie
  • Distribution et réseaux d'énergie
  • Économie d'énergie