Passer au contenu

/ La recherche

Rechercher

Sciences de la santé; Sciences sociales et humaines; Sciences sociales : intervention; Sciences sociales

Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles

Centre institutionnel Faculté des arts et des sciences
Département de psychologie
Autre numéro : 514 343-6111 #5590 (Information)
Autre courriel : info@cripcas.ca (Autre courriel)

Médias

Centre de recherche CRIPCAS

Le CRIPCAS a pour objectif d'approfondir le champ des connaissances quant aux agressions sexuelles et aux problèmes conjugaux, et ce, en tenant compte des aspects d'interaction et de l'intersectorialité entre ces deux thématiques. Il vise à promouvoir la réalisation d’activités de recherche, de formation et de transfert de connaissances sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles ainsi que leurs chevauchements. Soucieux de faire avancer la recherche dans ces deux champs et de rendre

Portrait

À propos

Le CRIPCAS, un lieu unique possédant une double expertise en recherche et en intervention! 

Le Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles (CRIPCAS) est un regroupement interdisciplinaire réunissant 26 chercheurs réguliers, 31 chercheurs collaborateurs, une quarantaine d'organismes partenaires et près de 300 étudiants de 2e cycle et de 3e cycle, ainsi que des stagiaires postdoctoraux. Localisé à l’Université de Montréal et regroupant six autres universités québécoises, le CRIPCAS se distingue par sa programmation de recherche orientée à la fois sur l’agression sexuelle et les problèmes conjugaux ainsi que les interfaces existantes entre ces deux problématiques.

Étant donné la vocation du CRIPCAS, plusieurs de ses membres chercheurs œuvrent également comme cliniciens, démontrant ainsi un ancrage certain sur le plan de la pratique. De plus, les partenariats et les collaborations entretenus avec nombre de milieux de pratique permettent non seulement le développement des connaissances eu égard aux meilleurs pratiques, mais aussi la mise sur pied et l’évaluation de plusieurs modèles d’intervention.

Affiliations

Organismes partenaires

  • Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)
  • Fertilys
  • Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec
  • Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur
  • eValorix
  • Centre intégré de santé et des services sociaux de l’Outaouais (CISSS de l'Outaouais)
  • À coeur d'homme
  • Centre d'expertise Marie-Vincent (CEMV)
  • Centre d'intervention en abus sexuels pour la famille (Ciasf)
  • CIUSSS de la Capitale-Nationale - Centre de pédopsychiatrie
  • CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec - Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement de la
  • CHU de Québec–Université Laval
  • Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec)
  • Centre intégré de santé et des services sociaux de Lanaudière (CISSS de Lanaudière)
  • Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de l'Est-de-l'Île-de-Montréal (CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal)
  • Centre universitaire de santé McGill (CUSM) - Hôpital de Montréal pour Enfants (HME)/McGill University Health Centre (MUHC) - Montreal Children’s Hosp
  • Centre universitaire de santé McGill (CUSM) - Hôpital Royal-Victoria/McGill University Health Centre (MUHC) - Royal Victoria Hospital
  • Centre Violence et Traumatisme (VITRA) - Université de Liège
  • Clinique A, Centre de santé sexuelle
  • Clinique de consultation conjugale et familiale Poitras-Wright, Côté (CCCF)
  • PROCREA Fertilité
  • Conseil québécois LGBT
  • Centre intégré de santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS de Chaudière-Appalaches)
  • Entraide Jeunesse Québec
  • Groupe d'Aide aux Personnes Impulsives (GAPI)
  • Hôpital général juif/Jewish General Hospital
  • Centre de soins de santé IWK (IWK Health Centre)
  • Le Seuil de l'Estrie
  • Les Centres de la jeunesse et de la famille Batshaw/ Batshaw Youth and Family Centers
  • The Montreal Chest Institute
  • Pro-gam - Centre d'intervention et de recherche en violence conjugale et familiale
  • Clinique médicale l’Actuel
  • Clinique médicale du Quartier Latin
  • École nationale de police du Québec
  • Direction de santé publique de la région de Montréal

Autres établissements et centres de recherche

  • Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM)
  • Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (CHU Sainte-Justine)

Adresses

Localisation sur le campus UdeM

Marie-Victorin, local D-307

Pour en savoir plus…

Équipe

Responsables

À l’Université de Montréal

Membres

À l’Université de Montréal

Jean-Yves Frappier (Chercheur régulier)
Antonio Zadra (Chercheur régulier)
Annie Bernier (Collaborateur)
Stéphane Guay (Collaborateur)
Sophie Bergeron (Chercheur régulier)
Isabelle Daigneault (Chercheur régulier)
Tania Lecomte (Chercheur régulier)
Anne-Claude Bernard-Bonnin (Collaborateur)
Claire Allard-Dansereau (Collaborateur)
Isabelle Daignault (Collaborateur)
Katherine Péloquin (Chercheur régulier)

Membres du personnel

  • Nadine Marzougui - Agente administrative
  • Mélanie Corneau - Coordonnatrice scientifique
  • Pierre Mc Duff

Expertise

Description de l’expertise

Agression sexuelle

Les agressions sexuelles constituent un problème social important, tant par son incidence et sa prévalence qu’en termes de conséquences pour les victimes. En effet, les répercussions chez les victimes sont multiples : dépression, syndrome de stress post-traumatique, problèmes de comportement, problèmes d’abus de substance, revictimisation, etc. Toutefois, l’ampleur de ce phénomène demeure encore, malgré les avancées sociales, difficilement mesurable : les agressions sexuelles restent très peu dénoncées et demeurent ainsi dans l’ombre des autorités policières et judiciaires. Par exemple, les enquêtes menées auprès de divers groupes de population indiquent qu’environ 90 % des agressions sexuelles ne sont pas déclarées aux services policiers (Centre Canadien de la statistique juridique, 1999 : 1). Néanmoins, nous savons que ce sont les femmes et les enfants qui restent les principales victimes de cette violence sexuelle. Quant aux agresseurs, ils sont quasi exclusivement des hommes (98 %). Également, l’émergence des études concernant les agressions sexuelles permettent aussi de cerner les pourtours de la problématique. Par exemple, des recherches récentes indiquent qu’environ une femme sur cinq et un homme sur dix ont été agressés sexuellement avant d’atteindre l’âge de la majorité (Tourigny et Baril, 2011).

Reconnaissant que l’agression sexuelle est un acte de pouvoir et de domination de nature criminelle, le Ministre de la Santé et des Services sociaux, dans ses Orientations en matière d’agressions sexuelles (2001 : 22), la définit comme suit :

« L’agression sexuelle est un geste à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, commis par un individu sans le consentement de la personne visée ou, dans certains cas, notamment celui des enfants, par une manipulation affective ou par du chantage. Il s’agit d’un acte visant à assujettir une autre personne à ses propres désirs par un abus de pouvoir, par l’utilisation de la force ou de la contrainte, ou sous la menace implicite ou explicite. Une agression sexuelle porte atteinte aux droits fondamentaux, notamment à l’intégrité physique et psychologique et à la sécurité de la personne. » 

Problèmes conjugaux

Les problèmes conjugaux constituent le motif de consultation le plus fréquent en psychothérapie. Près de 50 % des mariages et 70 % des unions recomposées se terminent par une séparation ou un divorce, et ces chiffres ne tiennent pas compte des couples en union de fait. La fragilité croissante de l’engagement, en dépit de la persistance des modèles sociaux de conjugalité à long terme, pose des défis cliniques continuels. En effet, couples et cliniciens sont de plus en plus confrontés à des problématiques complexes : ambivalence, consommation de substances psychoactives, troubles d’alimentation, dépression, anxiété, violence de différents ordres, etc.

De même, les conséquences des problèmes conjugaux sur les enfants sont variables eu égard la problématique mais demeurent manifestes : anxiété, angoisse, insomnie,  problèmes de comportement, difficultés relationnelles, etc., sont susceptibles de nuire au développement de l’enfant et, dans certains cas, à son intégrité physique et psychologique.  L’analyse de ces problèmes et la réduction des effets négatifs chez les enfants doivent constituer une priorité d’action pour les divers acteurs concernés. Il s’avère ainsi nécessaire de mieux comprendre la diversité des problèmes conjugaux et leur impact sur les membres de la famille afin de développer des interventions que l’on souhaite toujours de plus en plus adéquates et adaptées aux réalités contemporaines.

Liens entre les agressions sexuelles et les problèmes conjugaux

Jusqu'à présent, la recherche et le développement de modèles d'intervention touchant à l'une ou l'autre des thématiques du CRIPCAS ont été réalisées en milieux relativement clos et  dans lesquels les échanges de connaissances sont limités. Toutefois, des données récentes suggèrent de nombreux liens entre ces deux thématiques. En effet, parmi les séquelles des agressions sexuelles, il est possible de noter des conséquences graves sur le plan relationnel, telles que le développement de difficultés sexuelles et d’intimité au sein des relations de couple, l’adoption de conduites coercitives nuisant à l’exercice des responsabilités parentales, de même que la présence de violence physique et psychologique au sein des relations amoureuses des adolescents. Ainsi, le fait d’être victime d’une agression sexuelle au cours de l’enfance ou de l’adolescence augmente largement les risques de vivre des relations conjugales perturbées. Plus spécifiquement, avoir été agressé sexuellement durant l’enfance accroît de façon significative les risques de revivre une agression sexuelle dans le cadre de relations intimes (Daigneault, Hébert et McDuff, 2009). Par ailleurs, la présence, chez les parents, de problèmes de communication, de difficultés dans les relations sexuelles, de violence verbale ou physique et de difficultés d’attachement sont des facteurs de risque pour qu’une agression sexuelle se produise envers leurs enfants.

Axes de recherche

INCIDENCE ET PRÉVALENCE

Ce premier axe de recherche nous permet de documenter le nombre de cas d'agression sexuelle rapporté aux autorités notamment aux centres jeunesse (incidence) de même que les taux de prévalence des problèmes d'agression sexuelle et des problèmes conjugaux au Québec. Récemment, nos travaux se sont élargis pour documenter ces taux auprès de populations plus à risque d'avoir subi des agressions sexuelles. De plus, ils tiennent compte des effets possibles des agressions sexuelles sur les problèmes conjugaux et de ces derniers sur la perpétration d'agression sexuelle. En plus d'avoir ce regard bi-directionnel, nos études documentent les autres formes de victimisation qui se retrouvent fréquemment chez les personnes exposées à ces problématiques sociales. Ces recherches permettent d'établir l'ampleur de ces deux phénomènes sociaux et d'orienter nos études portant sur les facteurs de risque (Axe 2) et sur les interventions ou des processus de décision (Axe 3).

Thème 1.1 - Incidence et prévalence dans la population générale

Études évaluant le nombre de cas d'agressions sexuelles et de problèmes conjugaux au sein de la population générale (prévalence) pendant une période de temps donnée (incidence), englobant autant les cas déjà connus par le système de protection de l'enfance que les nouveaux cas et les cas méconnus.

Thème 1.2 - Incidence et prévalence dans des populations spécifiques, cliniques ou vulnérables

Études évaluant le nombre de cas d'agressions sexuelles et de problèmes conjugaux au sein de clientèles spécifiques. Les clientèles visées incluent les populations présentant des symptômes cliniques, ainsi que les populations à risque de vivre des agressions sexuelles et des problèmes conjugaux.

MODÉLISATION DES PROFILS, DES FACTEURS DE RISQUES ET DES CONSÉQUENCES ASSOCIÉS

Sous cet axe, les études visent à développer des modèles afin de mieux comprendre les facteurs complexes qui sont associés aux problèmes conjugaux et aux agressions sexuelles. Pour ce faire, la modélisation des profils de risque et de conséquence ainsi que des facteurs écosystémiques et contextuels (couple et famille) les influençant est réalisée à différentes étapes développementales (enfant, adolescent, adulte). Les facteurs de risque et les conséquences sont étudiés dans le but de connaître ceux qui sont associés à la survenue de l'agression sexuelle ou des problèmes conjugaux et ceux qui influencent les trajectoires d'adaptation subséquentes à l'agression sexuelle ou aux problèmes conjugaux afin éventuellement d'améliorer les interventions.

Thème 2.1 - Profils, facteurs et conséquences chez les clientèles présentant des symptômes cliniques associés aux agressions sexuelles et aux problèmes conjugaux

Élaboration et validation de modèles conceptuels à partir d'études sur les facteurs de risque, les facteurs de protection, les séquelles, les conséquences et les profils des clientèles présentant des symptômes cliniques associés aux agressions sexuelles et aux problèmes conjugaux.

Thème 2.2 - Profils, facteurs et conséquences associés à la cooccurrence des agressions sexuelles et/ou des problèmes conjugaux avec d'autres formes de troubles

Élaboration et validation de modèles dépeignant les profils, les facteurs et les conséquences associés à la cooccurrence des agressions sexuelles ou des problèmes conjugaux avec d'autres formes de troubles (personnalité, infertilité, maladies d'un partenaire, hypersexualisation, etc.), pour déterminer soit la spécificité de la contribution des agressions sexuelles au développement d'autres formes de troubles, soit leur comorbidité, soit leurs effets cumulatifs par exemple sur les problèmes conjugaux.

EFFICACITÉ DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

L'axe des pratiques professionnelles découle des connaissances acquises sous les deux premiers axes. Il regroupe trois questions de recherche complémentaires :

  1. le développement ou la mise en oeuvre de programmes de prévention et de programmes d'intervention portant sur les agressions sexuelles et les problèmes conjugaux et leur évaluation. Ces programmes préventifs ou curatifs s'appliquent à une diversité de clientèle et selon des modèles théoriques variés.
  2. l'étude de la prise de décision au plan clinique, administratif ou sociojudiciaire afin de mieux comprendre les facteurs décisionnels. Ces recherches permettent de faire des recommandations précises afin d'encourager l'adoption des meilleures pratiques visant à diminuer les coûts humains engendrés par ces problématiques.
  3. le développement et la validation d'outils de mesure pour une population québécoise afin d'évaluer de façon valide et précise les questions de recherche de tous les axes.

Thème 3.1 - Évaluation de programmes de prévention ou d'intervention en situation d'agression sexuelle ou de problèmes conjugaux 

Plusieurs programmes d'intervention en situation d'agression sexuelle et de problèmes conjugaux existent actuellement au Québec. Toutefois, peu de ces programmes ont été évalués quant à leur efficacité et à leur pertinence. Les études évaluatives du CRIPCAS ont donc pour objectif d'augmenter la valeur clinique et scientifique des programmes d'intervention québécois en matière d'agression sexuelle et de problèmes conjugaux.

Thème 3.2 - Étude des facteurs liés à la prise de décisions administratives, cliniques, et sociojudiciaires en situation d'agression sexuelle et de problèmes conjugaux

Les études visent à documenter les facteurs influençant la prise de décisions en situation d'agression sexuelle et de problèmes conjugaux dans les pratiques administratives, cliniques et sociojudiciaires.

Thème 3.3 - Développement et validation d'outils de mesures

Le développement et la validation d'outils de mesure permet d'obtenir des instruments valides pour la population québécoise qui pourront être implantés dans les milieux de pratique afin d'augmenter l'efficacité des interventions auprès des clientèles ciblées par les recherches du CRIPCAS et utilisés dans les recherches conduites sous les différents axes.

Projets et financement

Publications et communications

Publications

Disciplines

  • Psychologie
  • Psychiatrie
  • Sexologie
  • Psychoéducation
  • Sciences cliniques

Champ d’expertise

  • Sexualité
  • Abus sexuel
  • Violence
  • Stress
  • Trauma/blessures
  • Dépression
  • Abus et négligence des enfants
  • Santé mentale et psychopathologie des enfants et des adolescents
  • Santé mentale et société
  • Maladies transmises sexuellement (Santé différentielle des sexes)
  • Toxicomanie
  • Contextes familiaux
  • Services à l'enfance et à la famille
  • Famille monoparentale
  • Familles recomposées
  • Rapports homme-femme
  • Pratiques professionnelles
  • Problèmes de comportement